biocarburants

Les biocarburants peuvent-ils être les carburants de demain ?

biocarburants

Faire fonctionner des voitures avec de l’éthanol à base d’huile de palme, de maïs ou de soja est déjà une réalité largement répandue. Toutefois, l’industrie des biocarburants est encore loin de fournir une alternative véritablement durable et propre aux combustibles fossiles… à moins qu’elle ne passe à la vitesse supérieure.

La recherche d’alternatives aux combustibles fossiles n’est pas nouvelle. En fait, cela dure depuis que les voitures existent. À l’origine, Henry Ford avait prévu d’alimenter son célèbre Ford T (produit et vendu de 1908 à 1927) à l’éthanol; d’autres voitures anciennes fonctionnaient à l’huile d’arachide. Et dans les années 2000, après des décennies d’hégémonie quasi totale des combustibles fossiles, le vent a recommencé à tourner. Le regain d’enthousiasme pour les biocarburants a conduit les États-Unis à mettre en œuvre la norme sur les carburants renouvelables en 2005 et la loi sur l’indépendance énergétique et la sécurité en 2007, selon lesquels l’industrie des transports devait adopter les biocarburants à grande échelle, en les utilisant comme compléments aux carburants à ba se de combustibles fossiles traditionnels. « La beauté des biocarburants réside dans le fait qu’ils aspirent le dioxyde de carbone de l’air à mesure qu’ils grandissent. Lorsque nous les brûlons dans nos voitures, nous dégageons du dioxyde de carbone, mais c’est le même carbone que les plantes ont absorbé pendant leur croissance. Rien que sur cette base, les biocarburants semblent être des émetteurs zéro réseau », écrit le professeur de sciences thermiques John Abraham dans The Guardian. Et ils ont l’avantage supplémentaire d’être une ressource renouvelable, contrairement aux combustibles fossiles.

En Europe, les biocarburants ont également leurs avocats depuis le milieu de la décennie 2000. Au cours des 15 dernières années, les « Combustibles du futur » ont organisé leur propre conférence internationale, à l’initiative des acteurs allemands du secteur de la bioénergie. Depuis 2017, la conférence inclut la « mobilité renouvelable » dans ses principaux axes : « En intégrant ce contenu supplémentaire, les organisateurs de la conférence soulignent l’importance fondamentale de toutes les options renouvelables pour la décarbonisation des transports. Faisant référence à l’objectif ambitieux de l’Accord de Paris sur le climat, les organisateurs de la conférence soulignent que la décarbonisation des transports ne pourra être réalisée à l’horizon 2050 si toutes ces options ne sont pas déployées. »

Des cultures pas si vertes

Dans cet esprit, les États-Unis ont commencé à cultiver massivement du maïs, du soja et du milo pour produire de l’éthanol, tandis que le Brésil et d’autres pays tropicaux ont principalement recours à la canne à sucre. En Europe, le biodiesel (un carburant généralement fabriqué à partir d’huile de palme) est largement disponible. Selon le Smithsonian Magazine, aujourd’hui, près de 40% de la production de maïs des États-Unis est convertie en carburant. « Mais il s’avère que les problèmes environnementaux associés à la production de ces cultures à l’échelle industrielle (une culture qui nécessite des terres très fertiles ainsi qu’une irrigation abondante, du travail du sol et du carburant de tracteur pour produire) l’emportent sur les avantages environnementaux du biocarburant à base de maïs . « Étant donné que le processus de production repose souvent sur le charbon ou le gaz naturel (du moins aux États-Unis), les biocarburants ne remplacent pas autant de pétrole qu’ils en utilisent », explique National Geographic. Ce n’est pas tout. Certains avertissent que la récolte de la canne à sucre ou de l’huile de palme pour la production de biocarburant pourrait être dévastatrice pour les forêts pluviales. Et puis il y a la question de la nourriture : les cultures (comme le maïs) qui pourraient nourrir les gens sont utilisées pour faire tourner les voitures; les terres pouvant servir à la production d’aliments sont réquisitionnées à des fins de production de biocarburants. « L’agriculture est confrontée à l’augmentation de la demande alimentaire et aux changements du climat régional. De plus, la plupart des projets de lutte contre le changement climatique reposent sur le secteur agricole pour accroître le stockage de carbone dans les sols et pour produire des matières premières destinées à la production à grande échelle de biocarburants et d’énergie », a déclaré le Dr John Field, de la Colorado State University, dans The Guardian.