Changement climatique

Changement climatique : signification, définition, causes, exemples et conséquences

Qu’est-ce que le changement climatique ? Est-ce la même chose que le réchauffement climatique ? Quand le climat est-il devenu un sujet brûlant dans l’agenda mondial ? Quelles sont ses principales causes et conséquences ? Est-ce un mensonge ?

Définition simple du changement climatique

Le changement climatique est le phénomène global de transformation du climat caractérisé par les changements du climat habituel de la planète (en ce qui concerne la température, les précipitations et le vent) qui sont notamment causés par les activités humaines. En raison du déséquilibre climatique de la Terre, la durabilité des écosystèmes de la planète est menacée, ainsi que l’avenir de l’humanité et la stabilité de l’économie mondiale.

Définition officielle du changement climatique

La définition de la NASA du changement climatique dit qu’il s’agit “d’un large éventail de phénomènes mondiaux créés principalement par la combustion de combustibles fossiles, qui ajoutent des gaz piégeant la chaleur à l’atmosphère terrestre. Ces phénomènes incluent les tendances à l’augmentation de la température décrites par le réchauffement climatique, mais englobent également des changements tels que l’élévation du niveau de la mer; la perte de masse de glace au Groenland, en Antarctique, dans l’Arctique et dans les glaciers de montagne du monde entier; les changements dans la floraison des fleurs/plantes; et les événements météorologiques extrêmes.

Définition du changement climatique par rapport à la définition du réchauffement climatique

Selon le US Geological Survey, le réchauffement climatique n’est qu’un aspect du changement climatique. En fait, ils disent que le réchauffement climatique fait référence à l’augmentation des températures mondiales due principalement à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. D’autre part, le changement climatique fait référence aux changements croissants dans les mesures du climat sur une longue période de temps : y compris les précipitations, la température et les vents.

Suivant le même raisonnement, selon Climate.Gov, le réchauffement climatique se réfère uniquement à l’augmentation de la température à la surface de la Terre, tandis que le changement climatique inclut le réchauffement et les “effets secondaires” du réchauffement, comme la fonte des glaciers, des pluies torrentielles plus violentes ou des sécheresses plus fréquentes. Cela signifie que le réchauffement climatique est l’un des aspects du problème beaucoup plus vaste du changement climatique d’origine humaine.

Qui est responsable du changement climatique ?

Quand on parle de changement climatique, on parle souvent de l’augmentation des températures liée aux activités industrielles et en particulier à l’effet de serre. Ainsi, on parle parfois de réchauffement climatique, que l’on dit “d’origine anthropique”. En fin de compte, les causes du réchauffement climatique (du moins à son rythme actuel) ne sont pas naturelles mais induites par l’économie humaine et les industries.

De nombreux scientifiques étudient ce phénomène et tentent de comprendre comment les activités des sociétés humaines sont responsables de cet échauffement. Ces scientifiques sont regroupés au sein du GIEC (Groupe international d’experts sur le climat), et ils publient régulièrement des rapports étudiant l’évolution du changement climatique, comme celui publié fin 2018.

Premières découvertes de l’effet de serre et définition du réchauffement climatique

Les premières hypothèses sur l’effet de serre ont été faites par le scientifique Jacques Fourier en 1824, dont les travaux ont été suivis par plusieurs scientifiques qui ont tenté de quantifier ce phénomène, comme Claude Pouillet, John Tyndall et Svante Arrhenius. En fait, Arrhenius est celui qui a mené la première expérience qui a validé et quantifié avec précision l’effet de serre, à la fin du 19ème siècle. Il a découvert qu’un air riche en dioxyde de carbone retient plus de chaleur du rayonnement solaire, ce qui entraîne une augmentation de la température de l’air.

Au final, il a conclu que si de grandes quantités de carbone sont libérées dans l’atmosphère (à cause des activités industrielles qui brûlent du charbon), l’air se chargera de CO2 et plus de chaleur sera retenue. À cette époque, les premières estimations des augmentations de température faites par Arrhenius et d’autres scientifiques étaient que si les gaz à effet de serre piégés dans l’atmosphère doublaient, la température moyenne de la Terre augmenterait de 5°. En 1901, Gustaf Ekholm utilise pour la première fois le terme “effet de serre” pour décrire ce phénomène.

Pendant des décennies, ces découvertes n’ont pas été prises au sérieux par la communauté scientifique. À cette époque, de nombreux experts croyaient que la nature pouvait s’autoréguler et que l’impact de l’homme était minime. Notamment, de nombreux scientifiques pensaient que l’excès de CO2 serait de toute façon absorbé par l’océan, ce qui est vrai dans des limites de CO2 spécifiques. Néanmoins, la thèse selon laquelle le réchauffement climatique était lié aux gaz à effet de serre (dont le dioxyde de carbone) s’est avérée vraie et validée dans les années 1940 par Gilbert Plass. De nos jours, avec les technologies modernes, il existe des preuves solides que la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère affecte la capacité de l’air à retenir le rayonnement infrarouge et la chaleur.

Sensibilisation croissante au réchauffement climatique

Dans les années 60, plusieurs scientifiques ont montré que les hypothèses sur l’effet de serre étaient bien réelles. Pour l’essentiel, Charles David Keeling a prouvé, par exemple, que la concentration de CO2 dans l’atmosphère augmentait progressivement grâce à ses mesures près d’Hawaï.

A son tour, Roger Revelle a également prouvé que les gaz carboniques dégagés par la combustion des énergies fossiles n’étaient pas immédiatement absorbés par l’océan, comme on le pensait auparavant. Cette découverte a accéléré les inquiétudes des scientifiques concernant le changement climatique et, par conséquent, la société et les politiciens ont lentement commencé à considérer ces questions comme un problème possible à l’avenir.

Une décennie plus tard, en 1971, lors du premier Sommet de la Terre, la définition du réchauffement climatique et de ses conséquences est largement débattue et un an plus tard, en 1972, John Sawyer publie un rapport scientifique mettant encore plus clairement en évidence les liens entre réchauffement climatique et effet de serre.

Depuis plus d’une décennie, les preuves du changement climatique se sont accumulées dans la communauté scientifique jusqu’au milieu des années 1980, les 7 plus grandes puissances économiques du monde (le G7) ont appelé l’ONU à créer un groupe d’experts pour étudier cette question. C’était la première fois qu’il y avait une vraie prise en compte et une vraie définition du changement climatique comme problème public par les institutions internationales.

Premiers rapports du GIEC sur le changement climatique

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été créé en 1988 dans le but d’étudier l’évolution du phénomène du changement climatique et ses conséquences. Il a réuni (et rassemble encore) des centaines de scientifiques, climatologues, géologues, océanographes, biologistes, mais aussi économistes, sociologues, ingénieurs et autres spécialistes de domaines variés : dans le but d’avoir une vision globale de ce phénomène. Le GIEC est structuré en trois groupes de travail :

  • Le premier groupe étudie le changement climatique en tant que phénomène : il se concentre sur le processus et son ampleur.
  • Le deuxième groupe est spécialisé dans les conséquences du changement climatique : ils s’intéressent à la vulnérabilité des écosystèmes et des sociétés, ainsi qu’à la façon dont la planète réagit et s’adapte au changement climatique.
  • Le troisième et dernier groupe est chargé d’étudier les moyens de lutter contre le changement climatique.

Le GIEC a fait son premier rapport en 1990 et ils ont continué à en faire de nouveaux périodiquement jusqu’à ce qu’ils publient leur dernier rapport en octobre 2018, qui se concentre sur les impacts d’une augmentation de la température de 1,5° au-dessus des niveaux préindustriels, ses voies d’émission de GES et a été construit pour tenter de s’adresser plus directement aux décideurs.

Globalement, dans ces rapports, la communauté scientifique du GIEC analyse les causes du changement climatique et ses impacts sur les écosystèmes et sur la société en développant des modèles prédictifs. Ces modèles et prévisions sont ensuite utilisés par les gouvernements et les entreprises, les aidant à mettre en place des stratégies pour lutter contre le changement climatique ou s’y adapter.

Les conséquences du changement climatique

Grâce aux travaux du GIEC et d’autres groupes de scientifiques travaillant sur la définition du changement climatique, nous comprenons désormais mieux les conséquences de ce phénomène dans nos vies. Dans l’esprit de beaucoup, le changement climatique est un problème relativement lointain qui implique simplement qu’il fera plus chaud. Néanmoins, les conséquences sont beaucoup plus profondes et devraient être prises plus au sérieux.

1. Les conséquences sur les écosystèmes de la planète

Une augmentation de la température due au réchauffement climatique ne concerne pas seulement une augmentation de la chaleur qui peut être ressentie par les humains ou la fonte des glaces : elle a le potentiel d’affecter l’ensemble de l’écosystème de la planète. Comme nous l’avons observé dans de nombreux pays différents, des États-Unis (Californie) à l’Inde ou à l’Afrique du Sud, le temps devient perturbateur. Les événements météorologiques extrêmes sont plus réguliers et leurs modèles changent : ils sont plus intenses, agressifs et avec plus d’énergie. Cela signifie que davantage de tempêtes, d’inondations, de cyclones et de sécheresses auront lieu au cours des prochaines années.

Dans le même temps, la capacité de régulation des océans est également affectée par l’augmentation des températures. Si les températures mondiales augmentent considérablement, les niveaux des océans ne feront pas qu’augmenter, ils seront également confrontés aux défis écologiques de l’acidification et de la désoxygénation des océans. Dans le même temps, les zones forestières (par exemple la forêt amazonienne), les écosystèmes fragiles (par exemple les récifs coralliens) et la biodiversité (par exemple les coraux, les insectes et les mammifères) sont également menacés.

2. Les conséquences sur la société et sur l’économie

De plus, le changement climatique est déjà un défi et peut encore défier nos sociétés. Avec l’augmentation des températures dans certains pays, en particulier dans les régions équatoriales, le flux de réfugiés climatiques change et augmente, faisant pression dans d’autres pays pour les accueillir, les aider à lutter et à surmonter les barrières politiques.

Les raisons de cette décision sont liées aux ressources naturelles, telles que l’eau potable, qui deviennent de plus en plus limitées et à de nombreuses cultures et bétail qui ont peu de chances de survivre (affectant les habitants mais aussi l’économie mondiale de plusieurs industries qui dépendent des matières premières) dans des endroits spécifiques en raison de la température trop chaude ou trop sèche, trop froide ou trop humide. Et il s’avère que les études indiquent que les pays les plus riches du monde seront ceux qui connaîtront moins de changements dans leur climat local par rapport aux régions les plus pauvres si les températures de surface moyennes mondiales atteignent entre 1,5° et 2° de plus.

3. Les conséquences sur les entreprises

Enfin, les entreprises sont également susceptibles d’être affectées par le changement climatique. En effet, dans un contexte où le climat évolue, les entreprises doivent être conscientes des risques auxquels elles peuvent être confrontées et être prêtes à y faire face en développant des stratégies RSE qui évaluent les impacts qu’elles peuvent subir. Des événements tels que des récoltes endommagées, la perte d’infrastructures, des changements inattendus dans les stocks du marché, des investisseurs qui demandent des rapports de durabilité et les attentes croissantes de la société en matière de transparence des entreprises sont des variables à surveiller.

Comment lutter contre le changement climatique

Pour lutter contre les changements climatiques, nous devons d’abord réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour ce faire, la première étape consiste à adopter les énergies renouvelables qui se reconstituent naturellement à l’échelle humaine, telles que la lumière du soleil, le vent, la pluie, les marées, les vagues et la chaleur géothermique, et d’éviter de créer de l’énergie en brûlant des combustibles fossiles. De plus, en plus d’écraser les types d’énergie que nous produisons, nous devons également tout rendre plus efficace, car même si l’énergie provient d’une source renouvelable, elle ne sera toujours pas neutre en carbone et contribuera toujours à l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Nous devons adapter nos modes de vie pour surmonter ces défis croissants que le changement climatique apporte. Pour cela, nous devons commencer à créer une culture mondiale du développement durable, où l’énergie est judicieusement et efficacement utilisée, où une économie circulaire est un pari fort, ainsi que des produits durables et respectueux de l’environnement. Une chose est sûre, nous devons choisir de manière responsable les produits que nous achetons car notre demande en tant que consommateurs influence ce qui nous est fourni.

Changement climatique : mythe ou réalité ?

Comme de nombreux problèmes sociaux et scientifiques, le changement climatique a été controversé depuis le début. Certains scientifiques et critiques ont remis en question le changement climatique. Ils sont appelés climato-sceptiques. Plusieurs arguments sont invoqués, par exemple :

Le changement climatique n’existe pas, c’est un mensonge

Cet argument, souvent utilisé par les sceptiques, ferait du changement climatique un mensonge, inventé par les États, ou les élites mondiales et les médias. Aucune preuve ou explication n’a été fournie pour étayer cet argument.

Le changement climatique est naturel, il n’a pas d’importance

Cet argument est souvent avancé par les scientifiques climato-sceptiques pour remettre en question l’attention médiatique dont bénéficie le changement climatique. Leur idée est que le changement climatique est un phénomène naturel, normal et cyclique, et qu’il n’y a pas lieu de s’en inquiéter.

Cependant, les travaux de Keeling ou de Revelle, puis les travaux du GIEC et des centaines d’ouvrages indépendants plus récents, ont prouvé que cet argument est faux, et que le changement climatique est bien un phénomène d’origine humaine (puisque les températures ont augmenté à des taux anormaux depuis la révolution industrielle) et qu’elle est dangereuse pour les écosystèmes et les sociétés du monde.

L’origine humaine du réchauffement climatique : les gaz à effet de serre

Certains scientifiques se sont également interrogés sur l’origine humaine du réchauffement climatique, expliquant que le CO2 rejeté dans l’atmosphère par les activités humaines n’affecte pas vraiment le climat ni les écosystèmes de la Terre. Ils soutiennent que ces gaz sont soit régulés par les écosystèmes, soit qu’ils ne sont pas libérés en quantité suffisante pour avoir un impact, soit que d’autres gaz (comme la vapeur d’eau) ont un impact plus important sur les écosystèmes.

Si toutes ces positions sont en partie vraies, elles ne remettent pas en cause l’origine humaine du réchauffement climatique. Ainsi, le CO2 est bien absorbé en partie par l’océan et par les plantes, mais pas assez vite pour être régulé en raison de l’énorme contribution des activités humaines.

Nous ne savons pas vraiment comment fonctionne le climat. Il en va de même avec le changement climatique

D’autres climato-sceptiques soutiennent que parce que la climatologie (la science qui étudie le climat) est très complexe et a de nombreux facteurs à considérer, il est difficile voire impossible de prédire les conséquences d’un événement tel que l’augmentation des concentrations de CO2 dans l’atmosphère. Ces critiques remettent en cause la fiabilité des modèles du GIEC jusqu’à un certain degré et donc leurs prédictions.

S’il est vrai que la climatologie est une science complexe, les prédictions faites jusqu’à présent sur la hausse des températures, l’acidification des océans et les conséquences météorologiques du changement climatique se sont avérées assez proches de la réalité.

Le consensus scientifique sur le changement climatique

En fin de compte, l’écrasante majorité des scientifiques mondiaux dans tous les domaines pertinents s’accordent sur les causes du changement climatique et la plupart de ses conséquences sur les écosystèmes et la société. Scientifiquement parlant, il n’y a aucun doute sur l’existence du réchauffement climatique et du changement climatique. Il est maintenant temps de savoir quelles actions seront menées au niveau politique et social pour rendre notre monde plus résilient et lutter contre le changement climatique.