Idées pour rendre vos sorties plus écolos

Quand il s’agit de réduire son empreinte carbone, il existe des millions de petites actions qui peuvent faire une énorme différence. Cela vaut dans le monde professionnel, mais aussi dans votre quotidien, allant du choix de votre mode de transport jusqu’au choix alimentaire que vous faites dans les supermarchés. Voici quelques idées pour rendre toutes vos sorties plus « écolos » et respectueuses de l’environnement.

Optimisez vos déplacements

C’est un domaine dont on entend particulièrement parler depuis quelques années, surtout si vous vivez en ville : il s’agit des modes de déplacement. On oppose alors les déplacements « énergivores » aux modes de déplacements « doux », beaucoup plus respectueux de l’environnement. En ville, il est ainsi plus facile d’opter pour l’usage du vélo pour les trajets maison-travail que pour la voiture, mais cela est-il aussi évident en dehors des grandes agglomérations ? Ainsi, les options pour rester écolos sont plus limitées : comment se rendre au travail s’il faut 30 minutes de voiture et qu’il n’existe pas de transports en commun ? Dans ce cas, il est possible de faire du partage de véhicule (aussi appelé « autopartage »), ou bien du covoiturage. La différence ? Dans le premier cas, il s’agit de mettre à disposition son véhicule pour d’autres usages que son propre intérêt personnel, cela peut inclure le travail.

Le choix de modes de transport légers ou alternatifs est de plus en plus encouragé, que ce soit avec des modes individuels comme la trottinette, les rollers, ou bien les voitures électriques ou hybrides. Bien entendu, les déplacements à pied restent les moins consommateurs, mais pas toujours les plus évidents…

Optez pour le virtuel

Le virtuel est devenu notre quotidien, mais il est aussi un atout en matière d’environnement. L’impact écologique du travail à domicile a été sensationnel au cours des derniers mois : entre la fin des déplacements avec les modes de transport polluants (y compris l’avion) et le ralentissement de l’activité des bâtiments énergivores, la planète a pu respirer un peu. Le virtuel n’a donc pas que du mauvais, et aujourd’hui, il est difficile d’imaginer de ne pas l’inclure dans nos vies. Les nuits virtuelles font partie intégrante de nos vies depuis 2020, et elles sont encore plébiscitées aujourd’hui pour d’autres raisons.
Par exemple, au lieu de prendre la voiture pour aller dans un casino en personne, vous pouvez jouer aux machines à sous en argent réel dans des conditions encore plus agréables, depuis le confort de votre canapé par exemple. Des sites comme VegasSlotsOnline proposent une large gamme de machines et sessions en direct, pour le plaisir de chacun. Vous pourrez donc vous amuser autant en ligne, surtout sur des sites comme VegasSlotsOnline où tous les jeux ont été testés par l’équipe VSO.

Lire aussi :
Comment vaincre le stress grâce à la randonnée

Ainsi, il n’est pas toujours nécessaire d’organiser un déplacement ou une rencontre en personne pour créer du lien ou atteindre un objectif. Le monde virtuel constitue une alternative écologique intéressante pour cela, à condition d’en connaître les dessous et de maîtriser sa consommation en ligne.

Encouragez et soutenez le local

L’une des manières les plus efficaces d’être plus écolo, c’est d’encourager et de soutenir le marché local, aussi bien pour l’alimentation, la consommation que toute production. Cela signifie que votre quotidien entier est impacté : vos légumes, vos vêtements, vos produits du quotidien proviennent d’une création locale. Si cela est facile à encourager sur le papier, ce n’est pas toujours aussi évident en pratique, car notre monde est très interdépendant.

Cela peut commencer par de petits gestes ou de petits changements d’habitude, ne serait-ce que dans vos choix de restaurants qui assument leur travail avec les circuits courts, directement auprès des producteurs. En plus d’avoir un impact écologique important, cela dynamise l’économie locale en créant des centres de production à tous les endroits, car chacun a besoin d’être autosuffisant. Par exemple, il n’est pas possible de cultiver des avocats en France en raison du climat : pensez-y à deux fois avant d’en consommer tout au long de l’année, car la distribution de l’avocat est très énergivore et génératrice de gaz à effet de serre.

Au final, vos habitudes déterminent largement votre capacité à faire changer les choses, même petit à petit : c’est à vous de vous poser les questions en termes de rapport à la nature et aux autres afin de vous engager avec les (bons) choix. Par exemple, s’ouvrir à de nouvelles façons de consommer ou à des modes alternatifs avec des produits différents, c’est d’abord une question de mentalité. Êtes-vous prêt ?