Système de dot

Système de dot en Inde : quelques explications

Le don de cadeaux ou d’argent (autrement connu sous le nom de dot) à un marié au nom de la famille de la mariée est une pratique courante en Inde, une tradition matrimoniale qui remonte à des siècles. La dot acquiert la fierté et le désir des gens de “sauver la face” et le système de dot (et exactement ce qui est donné) a des conséquences importantes pour les familles et les femmes en général. Les contraintes financières qu’une dot peut imposer à la famille d’une fille, associées à l’abus croissant de la tradition de la part du marié ou de sa famille, ont entraîné un changement dans la perception publique de la dot, le gouvernement intervenant maintenant pour réglementer sa pratique.

La tradition de la dot

Les origines du système de dot en Inde ont été largement débattues. Une théorie est que, historiquement, les parents de la mariée offraient nominalement des cadeaux tels que des bijoux et des articles ménagers de tous les jours à la mariée, qui ont évolué au fil du temps pour fournir une somme d’argent à la famille du marié. Un autre point de vue, plus patriarcal, allègue que les filles ont été “données” et que les mariés ont reçu des cadeaux (et éventuellement de l’argent) comme un pot-de-vin pour assurer le traitement équitable de la femme. La somme d’argent exacte était dictée par l’éducation et le statut social du marié, mais son intention initiale était d’agir comme une garantie si quelque chose arrivait au marié au cours de sa vie, le rendant incapable de subvenir aux besoins de sa femme et de ses éventuels enfants.

La pratique est devenue courante au Moyen Âge, les pères qui cherchaient à assurer une lignée familiale solide payant le prix fort pour les mariés de bonne ascendance.

La dot de nos jours

Bien que le système de dot existe toujours en Inde aujourd’hui, sa fonction a quelque peu changé, devenant un mandat tacite et étant considérée de nos jours comme une monnaie d’échange lors de l’organisation de mariages. Plus un époux est instruit, plus sa famille peut exiger d’argent en dot. Les parents commencent à épargner pour la dot de leurs filles dès la naissance, faisant peser un fardeau financier sur les familles de milieux socio-économiques défavorisés.

Le côté obscur de la dot

Le ventre du système de la dot tourne autour du traitement des mariées. Appelé “brûler la mariée”, le fait de mutiler ou même de tuer des mariées dont la famille ne peut pas ou ne veut pas répondre aux exigences de dot d’un marié est une pratique inquiétante en Inde. Le National Crime Records Bureau rapporte qu’en 2010 seulement, il y a eu 8 391 décès liés à la dot dans le pays, ce qui représente une augmentation de 0,1% par rapport à 2009 et presque le double du nombre de décès liés à la dot enregistrés il y a deux décennies. Seul un tiers de tous les cas signalés aboutissent à la condamnation des contrevenants.

Un autre effet secondaire du système de dot a été la pratique de l’infanticide et du féticide féminins. La naissance d’une fille peut être une source de grande préoccupation pour les familles, en particulier celles dont la démographie est plus pauvre, car elles doivent alors commencer à comprendre comment elles paieront une dot lorsque viendra le temps pour la fille de se marier. Il est allégué que cette préoccupation conduit en partie à l’infanticide et au féticide féminins en Inde, bien que les chiffres exacts à ce sujet soient difficiles à déterminer. Selon les données du recensement de 2011, dans le groupe d’âge 0-6 ans, il y a 914 filles pour 100 garçons en Inde. Les chiffres calculés par le Toronto Globalist indiquent que la comparaison de ce chiffre avec le ratio naturel de natalité hommes/femmes montre qu’environ trois millions de filles sont “absentes” des chiffres réels de la population, tandis que des études récentes montrent que les filles de ce groupe d’âge ont un taux de mortalité beaucoup plus élevé. en raison de la violence, de la négligence ou du meurtre.

Intervention gouvernementale

L’effondrement du système de la dot a forcé le gouvernement à prendre des mesures au milieu du siècle dernier, en introduisant la loi anti-dot en 1961 qui interdisait le don et la réception de dots. Après son introduction, la loi a reçu peu de soutien et n’a pas été fortement appliquée, ce qui a conduit à un marché illégal effréné et florissant de la dot.

Ce n’est que vers la fin du 20ème siècle, lorsque les groupes de défense des droits des femmes ont fait campagne contre les dots et que l’ancienne Première ministre indienne Indira Gandhi a organisé le mariage de son fils sans accepter de dot des parents de la mariée, que le public a vraiment pris note, menant à un amendement de la loi anti-dot en 1989 et à l’application publique de la loi. Entre autres initiatives, le gouvernement a créé un groupe de travail de police entièrement féminin en 1992, mis en place dans le seul but d’enquêter sur les abus ou les décès liés aux différends liés à la dot. Il y a maintenant plus de 300 de ces groupes de travail de police à travers le pays.

De bas en haut

Mais cela ne vient pas que d’en haut. Il y a un appel aux jeunes à ne pas tolérer les pratiques de don et de réception de dot lorsqu’ils se marient. Il y a des arguments contradictoires quant à la solution ici. L’éducation est impérative oui, bien que certains déclarent que c’est dans les régions les plus instruites et alphabétisées de l’Inde que le nombre d’infanticides et de féticides féminins est le plus élevé.

Les campagnes de sensibilisation du public sont essentielles pour briser la pensée séculaire sur ce sujet ainsi que pour déstigmatiser le fait de dénoncer les maris violents ou leurs familles. La couverture médiatique positive des femmes qui se sont adressées à la police après avoir été menacées ou maltraitées par leur mari en relation avec une dot a été essentielle pour encourager les autres femmes à faire de même.

Les médias sociaux commencent également à jouer un rôle à cet égard, avec de nombreux blogs, pages Twitter et Facebook uniquement dédiés à fournir des informations et des solutions possibles aux décès et abus liés à l’infanticide, au féticide et à la dot, bien que les taux d’analphabétisme et d’inaccessibilité à internet dans de nombreuses régions du pays signifie que l’activité en ligne doit toujours être accompagnée d’une activité hors ligne.

Au niveau de l’État, il est également soutenu qu’une punition forte et cohérente des contrevenants ainsi qu’une enquête équitable sur chaque cas enverraient un message clair aux personnes qu’elles seront lourdement pénalisées si elles participent à l’octroi ou à la réception de dot ou à des abus connexes.