déchets plastique ocean

8 millions de tonnes de plastique vont dans l’océan chaque année

déchets plastique ocean

Vous avez peut-être entendu dire que les océans sont remplis de plastique, mais à quel point exactement ? Environ 8 millions de tonnes métriques entrent dans les océans chaque année, selon la première estimation mondiale rigoureuse publiée dans Science en 2015. Cela équivaut à 16 sacs de course remplis de plastique pour chaque mètre de côte (à l’exception de l’Antarctique). D’ici 2025, nous mettrons suffisamment de plastique dans l’océan (selon nos estimations les plus prudentes) pour couvrir 5% de la surface totale de la Terre en film étirable chaque année.

Environ un tiers de cette somme provient probablement de Chine et 10% d’Indonésie. En réalité, tous les 20 pires contrevenants, sauf un, sont des pays en développement, en grande partie à cause des économies en croissance rapide et des systèmes de gestion des déchets médiocres. Toutefois, aux États-Unis, où ils arrivent au 20ème rang et produisent moins de 1% des déchets mondiaux, ils produisent plus de 2,5 kg de déchets plastiques chaque jour, soit plus du double de la population chinoise. Bien que les nouvelles ne soient pas très bonnes pour nous, notre faune marine, nos oiseaux de mer et nos pêcheries, la recherche ouvre tout de même la voie à l’amélioration de la gestion mondiale des déchets et à la réduction des plastiques dans le flux de déchets.

Suivre le plastique

Une équipe internationale d’experts a analysé 192 pays riverains des océans Atlantique, Pacifique et Indien, ainsi que de la mer Méditerranée et de la mer Noire. En examinant la quantité de déchets produits par personne et par an dans chaque pays, le pourcentage de déchets plastiques et le pourcentage de déchets plastiques mal gérés, l’équipe a déterminé les pires contrevenants des déchets plastiques en mer.

En 2010, 270 millions de tonnes de plastique ont été produits dans le monde. Cela s’est traduit par 275 millions de tonnes de déchets plastiques; 99,5 millions de tonnes ont été produits par les deux milliards de personnes vivant à moins de 50 km d’un littoral. Certains articles durables, tels que les réfrigérateurs produits dans le passé, étant également jetés, nous pouvons trouver plus de déchets que le plastique produit parfois.

De ce nombre, entre 4,8 et 12,7 millions de tonnes se sont retrouvés dans l’océan. Étant donné la légèreté du plastique, cela se traduit par un volume de débris incroyablement grand.

Bien que le plastique puisse pénétrer dans les océans de pays sans littoral via des fleuves, ceux-ci ont été exclus de l’étude, ce qui signifie que les résultats sont probablement une estimation prudente.

Alors que notre planète est encore à 85 ans des « pics de déchets » , et que la production de plastique monte en flèche dans le monde entier, la quantité de déchets plastiques entrant dans les océans va probablement augmenter au cours de la prochaine décennie.

Une récente enquête sur le littoral australien a révélé que les trois quarts des déchets côtiers sont en plastique, soit en moyenne plus de 6 parts par mètre de littoral. Au large des côtes, ils ont trouvé des densités allant de quelques milliers de pièces en plastique à plus de 40 000 pièces au kilomètre carré dans les eaux du continent.

Où va le plastique ?

Bien que nous ayons à présent un chiffre approximatif de la quantité de déchets plastiques dans les océans du monde, nous ne savons toujours pas grand-chose sur où cela aboutira.

On estime que la quantité de déchets plastiques qui flottent à la surface de l’océan se situe entre 6 350 et 245 000 tonnes, ce qui soulève la question primordiale : où finit-il le reste ?

Certains, comme les microbilles de plastique que l’on trouve dans de nombreux produits de soins personnels, aboutissent dans les océans et les sédiments où elles peuvent être ingérées par les créatures de fond et les filtreurs.

On ignore où se trouve le reste du plastique. Il peut être déposé sur les marges côtières, ou peut-être se décompose-t-il en fragments si petits que nous ne pouvons pas le détecter, ou peut-être se trouve-t-il dans les entrailles de la faune marine.

oiseau mort plastique
Plastique récupéré d’un puffin mort : bâton lumineux, granulés de plastique industriels et morceaux de ballon.

Quel que soit le résultat, le plastique a un potentiel de destruction énorme. Les filets fantômes et les débris de pêche attrapent et noient les tortues, les phoques et d’autres espèces marines. Dans certains cas, ces interactions ont des impacts importants.

Par exemple, nous estimons qu’environ 10 000 tortues ont été piégées par des filets abandonnés dans la seule région du golfe de Carpentaria en Australie.

On sait que plus de 690 espèces marines interagissent avec les déchets marins. Les tortues confondent le plastique flottant avec les méduses et on estime qu’environ un tiers des tortues ont mangé du plastique sous une forme ou une autre. De même, les oiseaux de mer mangent de tout, depuis les jouets en plastique jusqu’à la mousse, les flotteurs de pêche et les bâtons lumineux.

Bien que le plastique soit apprécié pour sa durabilité et son inertie, il agit également comme un aimant chimique pour les polluants environnementaux tels que les métaux, les engrais et les polluants organiques persistants. Ceux-ci sont adsorbés sur le plastique. Lorsqu’un animal mange des restes de plastique, ces produits chimiques pénètrent dans leurs tissus et (dans le cas d’espèces de poissons commerciales) peuvent arriver dans nos assiettes.

Les déchets plastiques sont le fléau de nos océans; tuent notre faune, polluent nos plages et menacent notre sécurité alimentaire. Mais il existe des solutions, dont certaines sont simples et d’autres un peu plus compliquées.

Solutions

Si les cinq principaux pays polluants pour le plastique (Chine, Indonésie, Philippines, Vietnam et Sri Lanka) parvenaient à améliorer de 50% la gestion de leurs déchets (en investissant par exemple dans des infrastructures de gestion des déchets), la quantité totale totale de déchets mal gérés serait réduite d’environ un quart.

Les pays à revenu élevé ont la même responsabilité de réduire la quantité de déchets produits par personne grâce à des mesures telles que le recyclage et la réutilisation du plastique et en transférant une partie de la responsabilité des déchets plastiques aux producteurs.

La solution la plus simple et la plus efficace pourrait consister à rentabiliser le plastique. Les dépôts sur les récipients de boisson, par exemple, se sont révélés efficaces pour réduire les déchets perdus dans l’environnement : parce que les récipients, en plastique ou autre, valent de l’argent, ils ne sont pas jetés par eux, ni par d’autres, qui les récupèrent.

Étendre cette idée à un dépôt sur tous les plastiques au début de leur cycle de vie, en tant que matières premières, encouragerait la collecte par les gestionnaires de déchets formels lorsque l’infrastructure est disponible, mais également par les consommateurs et les entrepreneurs recherchant un revenu où il n’y en a pas.

Avant la révolution plastique, une grande partie de nos déchets étaient collectés et brûlés. Mais l’omniprésence, le volume et la permanence des déchets plastiques exigent de meilleures solutions.

Source : theconversation.com