comment faire un compost naturel

Comment faire un compost naturel et l’entretenir efficacement

comment faire un compost naturel

Le temps ou l’argent investi dans le sol de votre jardin apporte toujours les meilleurs rendements : des plantes saines et vigoureuses et de grandes récoltes. Et lorsque vous gardez les déchets de jardin et les restes de cuisine au lieu de simplement les jeter, vous êtes doublement récompensé. Vous pouvez acheter du compost organique prêt à l’emploi pour bien démarrer. Mais il est facile et peu coûteux de fabriquer le vôtre avec les bons matériaux et un bon équipement. Vous trouverez ici tout ce que vous devez savoir sur la mise en route et la maintenance du processus, quelle que soit la méthode de compostage que vous avez choisie. Découvrez comment faire un compost naturel…

3 éléments pour faire un compost parfait

Voici un petit secret : la construction d’un compost est le parfait projet de jardinage d’une personne paresseuse. Contrairement au désherbage ou à retourner la terre, qui demandent beaucoup de temps et d’efforts physiques, un tas de compost se développe à peu près tout seul. Construisez-le correctement et il transformera votre potager.

1. Commencez avec un conteneur

Nous avons affaire à la décomposition de matières organiques, la structure n’a donc pas besoin d’être élégante. Vous avez juste besoin d’une sorte de moyen pour maintenir tous les ingrédients ensemble afin que les bactéries bénéfiques qui décomposent la matière végétale puissent se réchauffer et fonctionner efficacement.

Les bacs à compost sont de deux types, fixes et rotatifs. Les deux types doivent avoir leur contenu tourné périodiquement pour fournir de l’oxygène et combiner les matériaux en décomposition. Les bacs fixes peuvent être aussi simples qu’une cage bien ventilée faite de sections de grillage ou de caisses en bois assemblées à partir d’un kit. Un bac bien conçu retiendra la chaleur et l’humidité, permettant des résultats plus rapides. Ensuite, il y a des gobelets à compost, des bacs faciles à tourner qui accélèrent le processus par des infusions d’oxygène fréquentes et la rétention de chaleur. Sélectionnez-en un en fonction de la quantité de matière végétale (herbe, feuilles, mauvaises herbes, tiges et tiges du jardin de l’année dernière) dont vous disposez, de la taille de votre jardin et de la rapidité avec laquelle vous devez utiliser le produit fini.

Lorsque vous utilisez la méthode du bac fixe, placez le tas de compost dans un endroit ensoleillé afin qu’il ait autant de chaleur que possible. Si le bac est à l’ombre toute la journée, la décomposition se produira toujours, mais elle sera beaucoup plus lente, surtout lorsque les températures fraiches arrivent à l’automne. Les modèles rotatifs peuvent également profiter de la chaleur en étant placés en plein soleil.

2. Obtenez le bon mélange d’ingrédients

Un tas de compost à faible entretien possède une combinaison de matière végétale brune et verte, plus un peu d’humidité pour garder les bonnes bactéries en action. Le journal déchiqueté, les copeaux de bois et les feuilles sèches sont idéaux pour les éléments bruns; les déchets de cuisine et les tontes de gazon sont parfaits pour les compléments verts. Voilà comment faire un compost naturel !

Ne mettez de viande, de poisson et de produits laitiers dans votre composteur car ils ont tendance à attirer les parasites comme les souris, les ratons laveurs et les chiens (découvrez les choses à ne jamais composter). Si vous ne supportez pas l’idée de mettre vos restes à la poubelle, il existe des systèmes et des composteurs intelligents (composteurs de cuisine) qui les transforment en superaliments pour vos plantes.

Si vous utilisez un simple récipient, il est préférable de commencer à entasser les ingrédients directement sur le sol, en commençant par un matériau épais comme de petites branches ou des tiges ligneuses sur le fond pour une bonne circulation de l’air. Chaque fois que vous ajoutez de la matière verte, ajoutez également du brun pour garder un bon équilibre d’humidité et créer des poches d’air.

C’est une bonne idée de donner un coup de fouet à votre nouvelle pile pour démarrer le processus. Il existe des activateurs et accélérateurs pour composteur qui sont prêts à vous aider. Et pas besoin de bien le mélanger. Ajoutez quelques pelles de terre de jardin riche en matière organique et laissez le processus naturel commencer.

3. N’oubliez pas quelques tâches simples

Prendre soin d’un tas de compost est extrêmement basique, mais un tout petit peu de soin fait une énorme différence. Ajoutez du “matériel” régulièrement pour donner aux bactéries heureuses de la nourriture fraîche à consommer et suffisamment d’isolation pour garder le processus au chaud.

compost jardin

Tournez la pile de compost avec une fourche ou utilisez un aérateur de compost toutes les semaines ou deux pour vous assurer que tous les matériaux sont mélangés et fonctionnent ensemble. Après avoir mélangé les choses, saisissez-en une poignée pour voir si c’est légèrement humide. Trop peu d’humidité ralentira le processus de décomposition et trop vous laissera un désordre visqueux.

Dans quelques mois, votre produit fini devrait être une matière sombre et friable qui sent la terre fraîche.

Compost naturel : évitez les erreurs courantes

Il est difficile de gâcher le compost, mais voici quelques directives pour que vous preniez le meilleur départ :

  • Ne commencez pas trop petit : le processus de détérioration a besoin d’une bonne dose pour faire son travail. Cependant, certains bacs fonctionnent bien pour de petites quantités de matériel, alors choisissez un bac pour vos besoins spécifiques.
  • Gardez le compost humide : il est facile d’oublier qu’il y a un processus actif en cours dans le fond du jardin, alors vérifiez régulièrement la pile, surtout par temps chaud et sec (voir la gestion de l’humidité ci-dessous).
  • Ne dépendez pas d’un seul matériau : une combinaison de différentes textures et nutriments à partir de nombreuses plantes différentes donnera à vos plantes une alimentation gastronomique qui aide à créer une résistance aux maladies et aux ravageurs. Pensez-y : une énorme touffe d’herbe coupée se colle dans un immense compost qui traîne pendant des années. Ajoutez des feuilles, remuez, et les forces naturelles comme l’eau, l’air et la chaleur agissent rapidement !
  • Ne vous laissez pas submerger : ce n’est pas sorcier, alors lancez-vous et essayez, même si vous ne savez pas comment faire un compost naturel. Vous verrez vite ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Comment gérer l’humidité dans le compost

L’humidité dans le compost est critique et en avoir trop ou trop peu peut ralentir ou dégrader le processus. En avoir trop peu ralentira ou arrêtera le processus de compostage. Le fait d’avoir trop d’humidité remplira les espaces d’air nécessaires et transformera le processus en méthanisation, ce que la plupart des composteurs de jardin veulent éviter (bien qu’il s’agisse d’une technique de compostage acceptée avec ses propres exigences).

Comment savoir si votre tas de compost a besoin d’être arrosé ? La plupart des composteurs experts suggèrent une teneur en humidité de 40% à 60%. Une vérification visuelle rapide et pratique devrait vous dire si le tas est trop sec : il manquera de chaleur et il y aura peu de signes de dégradation des matières organiques. Si votre compost est trop humide, il est probablement visqueux et sent mauvais. Une bonne règle de base est le test de l’éponge : votre compost devrait avoir la consistance et la teneur en humidité d’une éponge essorée lorsque vous la serrez. Des hygromètres à compost sont disponibles mais sont plus utiles aux composteurs commerciaux. Ils ne sont pas vraiment nécessaires pour le composteur à domicile qui peut découvrir par le toucher l’état de son compost.

Les solutions ? Facile… Si votre compost est trop sec, arrosez-le de haut en bas jusqu’à ce que vous obteniez la consistance désirée de «l’éponge essorée». Un bon retournement à ce stade aidera à une répartition uniforme de l’humidité. Si votre compost est trop humide, essayez d’ajouter du papier journal, du carton brun (non blanchi) ou de la paille hachée (assurez-vous qu’elle ne contient pas de graines si vous le pouvez). L’idée est d’ouvrir l’intérieur de votre pile pour que plus d’air puisse circuler. Ajouter de l’air en tournant votre pile peut également aider (mais c’est beaucoup plus de travail). Le meilleur moment pour obtenir la bonne teneur en humidité de votre tas est quand vous le construisez. Une fois qu’une pile de compost est démarrée correctement, elle est presque auto-entretenue (moins le retournement). Il y a aussi la possibilité que si vous vivez dans un climat côtier humide, votre tas sera trop humide à cause des pluies fréquentes. Couvrez votre compost de paille ou même d’une bâche vous aidera.