étourneau de bali

Cinq façons d’empêcher la faune mondiale de disparaître

étourneau de bali

Paul Jepson, Université d’Oxford : toutes mes félicitations aux collègues de World Wildlife Fund et de Zoological Society of London pour le rapport Planète vivante 2014 et son message principal qui, espérons-le, devrait choquer le monde de sa complaisance : un déclin de 52% des populations d’animaux sauvages au cours des 40 dernières années .

Au cours de l’été, j’ai relu notre classique de 1948, Our Plundered Planet, de Fairfield Osborne, le premier livre sur l’environnement à lire en masse qui décrivait l’ampleur des dommages causés par l’humanité à la nature. Face aux chiffres de ce rapport, il est facile de sombrer dans le découragement et de blâmer les autres. Mais ce serait une erreur. À l’époque, le rapport d’Osborne devait être tout aussi alarmant, mais le mouvement de conservation éclectique dont il faisait partie réagissait avec confiance, espoir et vision.

Leurs réalisations sont énormes : la création d’un réseau de réserves empêchant l’extinction de créatures africaines telles que l’éléphant et le rhinocéros, la création d’un organisme de protection de la nature, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) au sein des accords internationaux sur la faune.

Aujourd’hui, les personnes soucieuses de la conservation se demanderont probablement ce qu’il est possible de faire pour inverser le déclin de la faune. Pour moi, la question est de savoir comment les écologistes d’aujourd’hui peuvent laisser un héritage animalier au 21ème siècle, et je pense qu’il y a cinq façons de modifier la conservation pour mieux s’adapter aux circonstances.

1. Décentraliser et diversifier

Les efforts déployés pour que la conservation de la nature devienne un domaine politique de l’ONU ont nécessité la mise en place d’un solide régime international de conservation. Cela nous a bien servi, mais le monde a changé : l’autorité centralisée a cédé la place à une gouvernance en désordre, en réseau, organisée à plusieurs niveaux.

Si les Balinais veulent restaurer les populations d’étourneaux de Bali dans les cocoteraies, je dis d’applaudir leur vision et d’apprendre de leurs innovations. Ce qui compte, c’est que les populations d’espèces sauvages s’épanouissent, et non pas qu’une notion institutionnalisée d’espèce « sauvage » gagne le consensus mondial. Il est temps de cultiver la diversité dans les pratiques de conservation.

étourneau de bali

2. Voir la faune comme un atout

Depuis les années 90, la conservation est devenue trop technocratique, la nature étant considérée comme une ressource naturelle et un stock de capital disponible pour le développement économique humain. Compte tenu de l’intérêt humain, cela ne fait que susciter des débats sur qui obtient quelle part.

Je suggère une meilleure façon de définir la politique environnementale en termes d’actifs naturels : des lieux, des attributs et des processus qui, tout en représentant des formes de valeur dans lesquelles investir, risquent également d’être érodés et doivent être protégés.

Nous avons déjà fait cela auparavant : pensez aux grands parcs nationaux où la conservation de la faune, l’embellissement naturel et les loisirs en plein air se conjuguent au profit de la faune, tout en mettant l’accent sur l’identité régionale ou nationale, la santé ainsi que sur la valeur culturelle et économique.

3. Favoriser la remise en liberté

La remise en liberté gagne du terrain. Je vois la remise en liberté comme une ouverture, une opportunité pour une pensée créative et une action qui affectera le futur. Un thème clé est la restauration des niveaux trophiques : dans laquelle les grands animaux manquants au sommet de la chaîne alimentaire sont réintroduits, permettant aux processus écosystémiques naturels de se réaffirmer.

On peut se demander si les déclins signalés d’aujourd’hui chez les animaux sauvages sont un symptôme de la simplification de l’écosystème et, dans l’affirmative, si la remise en liberté entraînera une faune plus abondante. L’intuition écologique suggère ce dernier point mais en vérité nous ne le savons pas.

À mon avis, nous avons besoin d’expérimentations à grande échelle financées par des fonds publics pour explorer et développer de nouveaux moyens de reconstituer les populations d’espèces sauvages en tant qu’atout pour la société.

4. Exploiter les nouvelles technologies

Il est clair que la conservation de la faune sauvage passe d’une science pauvre en données à une science riche en données. Les méthodes qui sous-tendent le rapport Living Planet sont à la pointe de la technologie, mais nous n’avons pas encore capturé le potentiel analytique des « données volumineuses ».

Les développements rapides récents dans les technologies de capteurs devraient apporter un changement radical dans la recherche et la surveillance environnementales. Dans 10 ans, je prédis que le défi de l’indexation de la planète passera de la recherche et de la compilation d’ensembles de données à la recherche de solutions à un « déluge de données » environnemental.

Malgré cela, la conservation de la faune sauvage manque d’une vision et d’une stratégie cohérentes. Il existe de nombreuses innovations technologiques intéressantes, mais elles sont fragmentées et de nature individualiste. Nous avons besoin de leadership et d’investissements pour mieux les exploiter.

5. Réengager le puissant

Qu’on le veuille ou non, le mouvement de la conservation de la faune a exercé son influence la plus puissante (en tant qu’impératif politique et culturel) lorsqu’il était rempli de membres actifs issus d’élites politiques, aristocratiques, économiques, scientifiques, artistiques et bureaucratiques.

C’était entre 1890 et 1970. Au cours des 40 dernières années, les organisations de défense de la nature sont devenues plus professionnelles, nouant des relations de travail étroites avec les bureaucrates, mais abordant d’autres élites simplement comme des sources de mécénat, de fonds et de publicité. Les organisations de protection de la nature doivent s’ouvrir, assouplir leurs structures d’entreprise et laisser les leaders des autres milieux contribuer activement à leur cause, leur donner un aperçu et leur influence.

Conclusion

Ce sont cinq points de départ pour la discussion plutôt que des prescriptions. Peut-être que notre plus grand atout est notre profonde préoccupation pour la faune, que ce soit à travers les cultures, les professions ou les classes. Il est temps d’ouvrir la discussion, de proposer de nouvelles idées de débat et de demander aux autres de suggérer de nouvelles façons novatrices de sauver la faune. Source : theconversation.com !