évasions d'animaux

Les plus grandes évasions d’animaux : top 10

La vie en captivité n’est pas du tout une vie selon ces animaux. Plutôt que de passer leurs journées dans une véritable cellule de prison, ces animaux rusés ont pris des mesures extraordinaires pour se libérer de leurs chaînes. Voici les 5 plus grandes évasions d’animaux.

1. PERROQUET (Vancouver)

Chuva résidait aux Parrot Gardens du zoo de Vancouver. Reconnu pour son intelligence, il n’est pas surprenant que ce perroquet rusé ait planifié une grande évasion. Même si le zoo avait pris toutes les précautions nécessaires pour empêcher Chuva de s’échapper (y compris en coupant les ailes du pauvre oiseau), il semblait que cet ara intelligent était déterminé à se libérer. En 2009, Chuva a échappé aux autorités du zoo et s’est faufilée hors de son enclos. De là, il a fait du stop sur un camping-car en se cachant dans le moteur du véhicule. Son voyage a duré trois jours avant que les propriétaires de camping-car ne trouvent finalement l’oiseau et ne la ramènent au zoo, à sa grande consternation.

2. MANCHOT (Tokyo)

Un jeune manchot de Humboldt, surnommé “Penguin 337”, a décidé que les bassins artificiels du Tokyo Sea Life Park étaient inadéquats. Voulant un peu plus d’espace pour se déplacer, le manchot d’un an a escaladé un mur de 4 mètres, évitant les clôtures de barbelés, et est devenu un fugitif. Au cours des mois suivants, le jeune manchot aurait été aperçu en train de nager dans les rivières qui se jettent dans la baie de Tokyo, mais échappait toujours aux gardiens. Enfin, un an plus tard, en 2013, le manchot fugitif a été recapturé. L’aquarium craignait que le manchot, élevé en captivité, ne soit pas apte pour gérer la vie à l’extérieur, cependant, une fois qu’ils ont repris le fugitif à plumes, ils ont été choqués de découvrir qu’il était en parfaite santé et semblait vivre assez heureusement au milieu de la baie de Tokyo.

3. FLAMANT ROSE (Kansas)

Le zoo du comté de Sedgwick, au Kansas, avait pris des dispositions pour exposer un flamant rose dans son établissement, mais malheureusement pour eux, le flamant rose avait d’autres plans. C’était en 2005, et ce flamant rose avait déjà passé trois ans de sa vie en captivité. Assez c’était assez. Saisissant une rare opportunité de s’échapper, le flamant rose a pris son envol, disparaissant du zoo avant que quiconque ne puisse l’arrêter. Pendant huit ans, personne n’a eu de nouvelles concernant le flamant rose. Certains craignaient le pire. Mais il s’avère que le flamant rose en fuite se prélassait vraiment dans sa vie d’oiseau libre. En décembre 2012, un ornithologue amateur sur la côte du golfe du Texas a repéré le flamant rose africain à plus de 1000 kilomètres de l’endroit où il s’était échappé, identifiable par sa patte du zoo du comté de Sedwick. L’oiseau n’était pas seul. Ce flamant rose épris de liberté avait trouvé un ami et planait dans le ciel avec un flamant rose du Nouveau Monde.

4. KANGOUROU (Allemagne)

Parfois, une évasion de prison (ou de zoo) nécessite un effort d’équipe. Et c’est exactement ce qui s’est passé en Allemagne lorsqu’un kangourou a collaboré avec un renard et un sanglier pour s’assurer une évasion transparente. Le kangourou, loin de sa véritable maison en Australie, a pu s’échapper en se glissant à travers les trous de deux barricades séparées qui le retenaient. Heureusement pour le kangourou, un renard avait creusé un passage sous la clôture de l’enceinte des kangourous. assez grand pour qu’il puisse se faufiler, mais le kangourou a alors été confronté à un autre obstacle : le mur extérieur principal du parc. Heureusement, un sanglier avait également creusé un trou, qui se trouvait juste assez grand pour que le kangourou en quête de liberté se faufile et saute à l’horizon.

5. ORANG-OUTAN (San Diego)

Aucune grande histoire d’évasion ne serait complète sans mentionner la grande évasion de Ken Allen, peut-être l’une des évasions d’animaux les plus connues de l’histoire moderne. Ken était l’orang-outan résidant au zoo de San Diego et est devenu connu dans le monde entier pour ses évasions répétées dans des enclos dont on pensait qu’il était impossible de s’échapper. À l’été 1985, l’intelligent primate s’est échappé non pas une fois, mais trois fois. Artiste de l’évasion chevronné, Ken a même montré à d’autres orangs-outans comment sortir en utilisant une branche d’arbre comme pied de biche pour ouvrir les portes de leurs enclos. Le personnel du zoo était déconcerté; ils avaient été complètement déjoués par Ken, qui n’avait jamais été pris en flagrant délit. Ils ont commencé à surveiller son enclos pour essayer de l’attraper en flagrant délit, seulement pour constater que Ken Allen semblait être conscient qu’il était surveillé dans ce but précis. Les responsables du zoo sont donc allés “sous couverture”, se faisant passer pour des touristes afin de pouvoir apprendre la voie d’évacuation de Ken Allen.

Mais encore, Ken n’était pas dupe. Pour ajouter au mystère et au chaos, d’autres orangs-outans ont commencé à suivre l’exemple de Ken Allen et ont commencé à s’échapper de l’enceinte. Les responsables du zoo ont finalement embauché des grimpeurs expérimentés pour suivre et retracer les mouvements de Ken et ont dépensé 40 000 $ pour fortifier l’enceinte de Ken. La capacité de Ken Allen à déjouer ses gardiens, ainsi que son attitude docile lors de ses évasions, ont abouti à sa gloire. L’orang-outan de Bornéo est maintenant connu sous le nom de “Hairy Houdini” et il est né en captivité au zoo de San Diego en 1971. Malheureusement, Ken Allen a développé un cancer et a été euthanasié en décembre 2000. Il avait 29 ans.

6. MACAQUE RHÉSUS (New York)

Lorsqu’un employé du Jungle Camp Animal Park de Frank Buck près d’Amityville, sur Long Island à New York, a accidentellement laissé une planche sur un fossé d’exposition, Capone le macaque rhésus a conduit 172 de ses cohortes hors du parc et dans les bois. Traversant un ensemble de voies ferrées de la Long Island Rail Road, les petits singes ont chassé un groupe de travailleurs du train et ont arrêté la progression d’une locomotive pendant au moins 5 minutes. De l’argent et des laissez-passer de saison étaient offerts à toute personne suffisamment habile pour attraper les macaques rapides et les ramener au parc.

7. LOUP (Los Angeles)

Les loups ne sont pas censés grimper aux arbres. Ou sur les clôtures. Mais un loup nommé Virginia a choisi de ne pas respecter les règles de la nature et a échappé au zoo de Los Angeles en 1979 à plusieurs reprises en grimpant dans les arbres, en grimpant sur des clôtures et en marchant le long des branches vers sa liberté finale. À un moment donné, elle a échappé aux vétérinaires et aux responsables du zoo pendant un mois; ils ont repéré Virginia de temps en temps et ont essayé de la maîtriser avec des pistolets tranquillisants, en vain. Un gardien de zoo de l’époque a plaisanté en disant que Los Angeles avait la plus grande exposition de loups au monde – 4 000 acres (1 620 hectares) à proximité de Griffith Park. On ne sait pas si Virginia a jamais été reprise.

8. BUFFLE, HIPPOPOTAME ET AGOUTI (San Francisco)

Le fait d’être gardien de zoo est que vous n’êtes vraiment efficace que si vous êtes capable de garder les animaux dans le zoo. En juillet 1964, un gardien de zoo du Fleishhacker Zoo (aujourd’hui le zoo de San Francisco) passa une très mauvaise journée. Tout d’abord, il a reçu un appel de la police disant qu’ils avaient capturé 13 buffles dont le directeur du zoo Carey Baldwin ne savait même pas qu’ils avaient disparu. Cinq heures plus tard, il a reçu un autre appel. Cette fois, encore une fois à l’insu de Baldwin, un hippopotame pygmée de 135 kg s’était échappé et se promenait sur une route voisine. Un peu plus tard, un gros rongeur sud-américain appelé agouti a également pris la fuite. Une poursuite dramatique s’est ensuivie et le petit gars a finalement été capturé. À la fin de sa journée, Baldwin a déclaré à l’Associated Press qu’il examinerait la sécurité du zoo.

9. GORILLE (Los Angeles)

Le zoo de Los Angeles a vu sa juste part d’évasions (voir le loup Virginia plus haut), mais rien ne se rapproche de l’évasion d’animaux (zèbres, chimpanzés, kangourous et antilopes) qu’il a subi dans la fin des années 1990 et le début des années 2000. Le Los Angeles Times a rapporté qu’en l’espace d’une demi-décennie, au moins 35 animaux se sont échappés du zoo, y compris le tristement célèbre gorille Evelyn. Au fil des ans, Evelyn a échappé à son enclos quatre ou cinq fois. Une fois, elle a sauté sur le dos d’un autre gorille pour sauter par-dessus le mur. Une autre fois, elle a utilisé des plantes pour sortir de son enclos. Elle a ensuite dirigé le zoo pendant une heure alors que les téléspectateurs des journaux télévisés la regardaient et que les visiteurs étaient évacués.

10. OTARIE (Ontario)

Le 17 juin 1958, une otarie du nom de Cyril réussit à s’éloigner des locaux du Storybook Gardens Zoo à London, en Ontario. La créature, dont la maison naturelle se trouvait près des îles près de San Francisco, a voyagé à travers les eaux du lac Érié, a traversé une frontière internationale et a été retrouvée flânant près d’un hangar à bateaux à Sandusky, en Ohio. Cyril a ensuite été transféré au zoo voisin de Toledo, mais il n’y est pas resté longtemps : au bout de quelques semaines, il a été renvoyé au Canada. Mais comme le soulignait un article du Toledo Blade du 1er juillet 1958, Cyril aurait pu rester à Toledo : 60 ans plus tôt, en 1898, la Cour suprême de New York avait statué sur une affaire similaire d’otarie fugitive et “avait proclamé que les animaux sauvages qui échappent à leurs propriétaires ne sont plus la propriété de leurs anciens propriétaires.” Pourtant Cyril a quand même été renvoyé. Sans doute pour de bonnes relations transfrontalières.

Une vie en captivité peut être éprouvante pour de nombreux animaux. Privés de leur habitat naturel, avec un espace limité pour se déplacer et une socialisation limitée, de nombreux animaux peuvent développer un traumatisme psychologique et souffrir énormément.