promenade dos elephant

Promenades à dos d’éléphant : tourisme non éthique

promenade dos elephant

Le tourisme faunique est un créneau en plein essor dans l’industrie du tourisme et peut être décrit comme un “tourisme entrepris pour observer et / ou rencontrer des animaux sauvages… pouvant se dérouler dans divers contextes, allant de captif à semi-captif, en passant par la nature… et englobe une variété d’interactions allant de l’observation passive à l’alimentation et / ou au toucher des espèces vues”.

Les touristes sont consumés par le désir insatiable de vivre l’expérience sensorielle par excellence avec la nature et la faune. Monter et nourrir des animaux sont des attractions populaires et rentables. Cependant, il existe un manque d’éthique dans le tourisme, comme en témoigne la continuité des promenades à dos d’éléphant dans divers camps et lieux touristiques.

De nombreux touristes sont aveugles aux pratiques en coulisses de l’industrie du tourisme faunique et sont vraiment enthousiastes à l’idée de voir les éléphants. Les éléphants attirent énormément le public et sont bien connus pour leur intelligence et leur sociabilité. Ajoutez cela à un décor exotique d’un pays d’outre-mer et leur attrait ne fait que s’intensifier.

DANS L’INDUSTRIE DU TOURISME FAUNIQUE

Les éléphants utilisés dans les programmes de promenades à dos d’éléphant sont soit capturés à la naissance, soit nés en captivité. Afin de les former, ils sont soumis à une pratique appelée “phajaan”, dans laquelle les éléphanteaux sont enlevés à leur mère, isolés, ligotés, affamés et sévèrement battus.

Les éléphants vivront alors en captivité, passant des journées entières enchaînés, sellés et montés.

Des éléphants dans des endroits tels que la Thaïlande ne peuvent plus être libérés en raison du développement urbain, où les populations sauvages ont diminué en raison de l’empiétement de leurs terres. Au lieu de cela, une série de “retraites et camps” ont été mis en place, qui se présentent comme des agents de l’écotourisme, ce qui est particulièrement attrayant pour les touristes. La plupart de ces institutions ne donnent pas la priorité au bien-être des animaux et exploitent la faune sauvage à des fins lucratives.

LES PRINCIPES DU BIEN-ÊTRE ANIMAL

Les principes actuels du bien-être des animaux ne protègent pas adéquatement les animaux, en particulier dans toute l’Asie, et continuent de permettre la marchandisation des animaux. Le tourisme est une industrie qui repose sur l’argent. Par conséquent, les pratiques actuelles se poursuivront probablement dans un avenir prévisible.

En outre, l’Université d’Oxford a publié une étude concluant qu’au moins 4 millions de touristes visitant des attractions touristiques impliquant des espèces sauvages pourraient contribuer à de graves atteintes au bien-être des animaux. L’étude a également révélé que, bien qu’ils ne soient généralement pas conscients de leurs effets sur les animaux individuels, des millions de touristes à travers le monde contribuent également à la dégradation de l’état de conservation des espèces.

DÉFIS DES MODÈLES ACTUELS DE BIEN-ÊTRE ANIMAL

Les principaux défis sont la gouvernance et l’éducation. À l’heure actuelle, il n’y a pas de gouvernance ou de code d’éthique relatif aux animaux. En 1999, l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT) a adopté un code d’éthique, mais il n’y était pas question d’animaux (Macbeth, 2012). Ainsi, les pays continueront à vendre des éléphants à d’autres pays aux fins de la marchandisation. Par exemple, le gouvernement zimbabwéen a vendu vingt-quatre jeunes éléphants au parc Chimelong Safari en Chine, qui devraient être utilisés à des fins de divertissement (The Guardian, 2015). Ce manque de gouvernance mondiale associé aux défis à relever dans les pays et au besoin de financement du tourisme continue de poser de graves problèmes pour le bien-être des animaux.

L’éducation est impérative pour sensibiliser toutes les personnes impliquées dans le cycle des balades à dos d’éléphant; les propriétaires d’éléphants, les gardiens d’éléphants et les touristes. Par exemple, le “phajaan”, la destruction d’un éléphant, est une méthode ancestrale, et il s’agit d’une norme acceptée par les propriétaires et les détenteurs d’éléphants. Cependant, cela ne le rend pas éthique. L’éducation sur les droits des animaux et le recyclage sont nécessaires dès le départ; directement aux personnes touchées. Et ensuite, bien sûr, éduquer les touristes sur les activités éthiques et sur les activités qu’ils doivent soutenir avec leur argent étranger recherché.

QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

Tout d’abord, il est important de soutenir les entreprises qui n’exploitent pas d’animaux. Avant d’entreprendre une excursion avec un animal, assurez-vous de faire une recherche approfondie sur l’entreprise et ses pratiques. Ne montez pas sur des éléphants et ne soutenez pas les opérateurs qui gardent leurs animaux enchaînés en captivité, même s’ils vous promettent que c’est “éthique”.

Soutenez les programmes qui accordent la priorité à la conservation et à la promotion de la faune sauvage. Les voyagistes qui ne respectent pas l’éthique sont en affaires seulement parce que nous leur fournissons cette entreprise. Cela étant dit, nous ne voulons pas mettre ces opérateurs en faillite, mais veiller à ce qu’ils transforment leurs modèles commerciaux en un modèle éthique.