Financement du terrorisme par le trafic d'espèces sauvages

Financement du terrorisme par le trafic d’espèces sauvages

Financement du terrorisme par le trafic d'espèces sauvages

Le terrorisme inflige d’énormes effusions de sang aux sociétés, aux villes et aux États victimes de la violence. Les structures de gouvernance et de droit sont inévitablement détruites par les actions terroristes dans les régions ravagées par les conflits, en particulier lorsque l’instabilité devient la norme dominante.

Financement du terrorisme par le trafic d’espèces sauvages et le braconnage

C’est cette instabilité qui crée un vide pour que les groupes terroristes s’emparent des ressources environnementales précieuses. Les espèces sauvages vivant dans des zones contrôlées par des groupes terroristes sont classées dans la catégorie de «marchandises». Elles deviennent essentiellement une forme d’or du terrorisme.

Alors que le pétrole et les diamants sont souvent mis en avant comme sources principales de revenus pour le financement de groupes terroristes, il est tout aussi important de se concentrer sur le trafic d’animaux et de parties d’animaux.

On peut parler de défenses, de dents, de pattes et même de sang d’animaux comme forme de trafic d’animaux sauvages, ainsi que d’animaux vivants. Il n’y a pas de fondement moral et environnemental à ce qu’un groupe terroriste ne vendra pas pour continuer sa cause. Pourtant, quelles sont les preuves de l’argument selon lequel “le trafic d’espèces sauvages fait partie du financement du terrorisme ?”

Trafic d’espèces sauvages et terrorisme international : un lien financier?

Étude de cas africain : un rapport publié en 2013 par la Elephant Action League, une organisation à but non lucratif créée pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages, analysait comment le groupe terroriste Al Shabaab en Somalie tirait une partie importante de ses revenus du braconnage d’éléphants et de rhinocéros. Les auteurs Nir Kalron et Andrea Crosta ont découvert que l’ivoire passé en contrebande de la Somalie à travers le Kenya représentait 40% des revenus d’Al Shabaab en 2012. Grâce à une série de points de passage illicites le long de la frontière entre la Somalie et le Kenya, Al Shabaab est en mesure de faire passer clandestinement l’ivoire à travers la frontière à un distributeur qui le revend ensuite au consommateur, qui est plus souvent situé hors d’Afrique. Kalron et Crostra concluent que le trafic d’ivoire devient une forme «d’or blanc pour le djihad africain», finançant la vente d’armes et les salaires des soldats.

De même, dans la région africaine, la Lord’s Resistance Army (LRA) dirigée par Joseph Kony financerait également ses opérations par le braconnage des éléphants et le trafic d’ivoire. Le Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) en a particulièrement souligné la nécessité en 2012 : “Le Conseil appelle les Nations Unies et l’Union africaine à enquêter sur les sources possibles de financement illicite de la LRA, y compris sa participation présumée au braconnage et à la contrebande d’éléphants”

La preuve du braconnage des éléphants par la LRA a été confirmée par des entretiens avec les captifs et les gardes de la LRA de retour à la guerre stationnés dans le parc de la Garamba en République démocratique du Congo (RDC). Cependant, comme l’ont expliqué les chercheurs Kasper Agger et Jonathan Hutson dans leur rapport sur les actions de braconnage menées par la LRA dans le parc de Garamba, il est difficile de confirmer la distribution de l’ivoire sur le marché. En conséquence, Agger et Hutson soutiennent qu’il est possible qu’un intermédiaire intervienne entre la LRA et le marché illicite. La notion d’intermédiaire éventuel montre à quel point la traite des animaux sous l’angle de la criminologie et de la corruption est aussi importante qu’une analyse axée sur la sécurité. En outre, Agger et Hutson affirment que les revenus tirés du trafic d’ivoire contribuent aux actes terroristes commis par la LRA dans le pays, et qu’il est donc essentiel de lutter contre le braconnage pour lutter contre le terrorisme en Afrique.

Globalement, le trafic d’espèces sauvages et le terrorisme constituent une part importante des études sur la sécurité internationale et le terrorisme, et une recherche plus poussée sur le financement du terrorisme par le trafic d’espèces sauvages devrait faire partie de la littérature future. En outre, en incluant délibérément le trafic d’espèces sauvages dans le cadre du terrorisme et de la sécurité internationaux, nous reconnaissons que le financement du terrorisme offre une multitude de solutions. Au-delà du programme de sécurité du trafic d’animaux, et en particulier d’ivoire, souligné dans cet article, il est évident qu’une approche criminologique à l’égard des marchés illicites peut également être étroitement liée à la notion de financement du terrorisme.

Enfin, s’il est important d’examiner la manière dont le terrorisme est financé, en particulier à travers les horribles pratiques de braconnage, il est également essentiel de poser les questions suivantes. Qui est le consommateur ? Comment les parties d’animaux sont-elles transportées du point A du groupe terroriste au marché et à la destination finale du consommateur ? Ce sont des questions pour des études futures qui visent à créer un lien direct entre le consommateur et le fournisseur, et enfin le braconnier.