tests sur les animaux

Tests sur les animaux : le constat

tests sur les animaux

La recherche sur les animaux est une grosse affaire. Aujourd’hui, il s’agit d’une industrie de plusieurs milliards de dollars englobant les industries pharmaceutique, médicale, cosmétique, agricole, chimique, universitaire et gouvernementale. Plus de 115,3 millions d’animaux sont utilisés chaque année dans des expériences à travers le monde. Mais ceci est sans compter les rats, les souris, les oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les animaux d’agriculture utilisés dans des expériences agricoles. Et ce nombre (pourtant déjà élevé) ne tient pas non plus compte de la majorité des pays qui n’enregistrent ou ne publient pas leurs chiffres d’expérimentation animale.

Des tests sur animaux pour des produits de beauté

Bien que l’utilité des tests sur les animaux à des fins scientifiques suscite de nombreuses discussions (bonnes et mauvaises), il est devenu de plus en plus évident que les tests à des fins esthétiques sont une méthode obsolète, inutile et cruelle pour garantir la sécurité et l’efficacité des produits de beauté. « Si vous voulez tester des produits cosmétiques, pourquoi le faire sur un pauvre animal qui n’a rien fait ? Ils devraient utiliser des prisonniers qui ont été condamnés pour meurtre ou viol. Donc, plutôt que de voir si le parfum irrite les yeux du lapin, ils devraient le pulvériser dans les yeux de Charles Manson et lui demander si ça fait mal. »- Ellen Degeneres

En 2012, PETA a découvert que des sociétés telles que Avon, Mary Kay et Estée Lauder vendaient leurs produits soit disant « sans cruauté », mais payaient discrètement des tests sur des animaux en Chine. Lors des tests cosmétiques, les chiens, les chats, les rats, les souris, les cobayes, les lapins et d’autres animaux sont obligés d’avaler ou d’inhaler des quantités énormes de substances à tester ou de supporter la douleur liée à l’application de produits caustiques sur les yeux et la peau.

Dans la recherche sur les produits cosmétiques, des tests sont effectués pour rechercher l’irritation de la peau ou des yeux, la sensibilisation de la peau (allergie), la toxicité (empoisonnement), la mutagénicité (altération génétique), la tératogénie (anomalie congénitale), la cancérogénicité (provoquant le cancer), les lésions génétiques embryonnaires ou fœtales et toxicocinétique (pour étudier l’absorption, le métabolisme, la distribution et l’excrétion de la substance).

« L’homme n’est-il pas un animal extraordinaire ? Il tue des animaux sauvages (oiseaux, kangourous, cerfs, chats de toutes sortes, coyotes, castors, marmottes, souris et renards) afin de protéger ses animaux domestiques et leur nourriture. Puis il tue des animaux domestiques par milliards et les mange. Cela tue l’homme par million, car manger tous ces animaux conduit à des états de santé dégénératifs et mortels comme les maladies cardiaques, les maladies du rein et le cancer. Alors, l’homme torture et tue des millions d’autres animaux pour rechercher des remèdes à ces maladies. Ailleurs, des millions d’autres êtres humains sont tués par la faim et la malnutrition parce que les aliments qu’ils pourraient manger sont utilisés pour engraisser des animaux domestiques. Pendant ce temps, certaines personnes meurent de rire triste devant l’absurdité de l’homme, qui tue si facilement et si violemment, et envoie une fois par an des cartes de prière pour la paix sur terre. » – David Coates.

 Tests sur les animaux : les faits

  • Chaque année, plus de 100 millions d’animaux sont brûlés, estropiés, empoisonnés et maltraités dans les laboratoires.
  • 92% des médicaments expérimentaux sûrs et efficaces chez les animaux échouent dans les essais cliniques sur les humains, car ils sont trop dangereux ou ne fonctionnent pas.
  • Les laboratoires qui utilisent des souris, des rats, des oiseaux, des reptiles et des amphibiens sont exemptés des protections minimales prévues par la loi sur la protection des animaux (Animal Welfare Act, AWA).
  • Tous les produits doivent obligatoirement être testés sur des animaux en Chine. Parallèlement, l’Union européenne a interdit la vente de nouveaux produits cosmétiques testés sur des animaux.
  • Moins de 2% des maladies humaines (1,16%) ont déjà été observées chez des animaux. Plus de 98% n’affectent jamais les animaux.
  • Selon l’ancien cadre scientifique de Huntingdon Life Sciences, les tests sur les animaux et les résultats chez l’homme concordent avec « 5% à 25% du temps ».
  • Les différences de sexe chez les animaux de laboratoire peuvent entraîner des résultats contradictoires. Cela ne correspond pas avec les humains.

Ce que vous pouvez faire

En tant que consommateur : éviter les cosmétiques et les articles de beauté testés sur les animaux ou contenant des ingrédients à base d’animaux est facile (découvrez la liste des produits sans cruauté appelés « Cruelty Free » ici).

Cliquez ici pour envoyer un message à Colgate et Palmolive afin qu’ils arrêtent les tests sur les animaux.

En tant que donateur : si vous souhaitez faire un don à une organisation caritative, veillez à le faire à des organisations qui n’utilisent d’animaux pour des recherches.

En tant qu’étudiant : informez votre enseignant et / ou votre école / institution que vous ne participerez pas à l’utilisation des animaux en classe et encouragez-les à adopter des alternatives sans animaux dans leur enseignement.

Les pays ayant interdit l’expérimentation animale :

  • Union européenne
  • Norvège
  • Israël
  • Inde
  • Brésil

Regardez cette vidéo touchante de chimpanzés libérés d’un laboratoire de test après 30 ans de cruelle détention :