Votre alimentation peut-elle aider à lutter contre le changement climatique ?

Alors que la population mondiale approche les 8 milliards, les préoccupations environnementales ne cessent de croître quant à la manière de s’assurer que les besoins fondamentaux de chacun en matière de nourriture, d’eau et d’abri sont satisfaits de manière durable. Nourrir des milliards de personnes n’est pas facile, et le faire de manière durable semble presque impossible compte tenu des limites actuelles. Pour l’instant, presque chaque bouchée a un coût caché en raison de l’énergie nécessaire pour cultiver, transformer, stocker, transporter, vendre, cuisiner et jeter les aliments que nous apprécions tous.

Ce cycle alimentaire moderne contribue au changement climatique et au réchauffement climatique de plusieurs façons, car les émissions liées à l’alimentation produisent des gaz à effet de serre, notamment du dioxyde de carbone (CO2), du méthane et de l’oxyde nitreux. En moyenne, l’alimentation représente 21 % de l’empreinte carbone annuelle des européens. La bonne nouvelle est que ce nombre peut être réduit à mesure que vous vous efforcez de modifier votre alimentation. Continuez à lire cet article pour en savoir plus sur l’impact de la production alimentaire sur l’environnement et sur ce que vous pouvez faire.

Régime alimentaire lié au changement climatique

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), notre système alimentaire actuel est responsable d’un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Bien qu’il n’y ait pas de régime alimentaire qui n’ait aucun impact sur l’environnement, il existe des options qui peuvent aider à limiter l’empreinte carbone de vos aliments. Ci-dessous, nous explorerons plusieurs types de régimes alimentaires populaires et leur impact sur le changement climatique.

=> Régime à base de plantes

Un régime à base de plantes est un régime qui se compose principalement d’aliments dérivés de plantes comme les légumes, les fruits, les céréales, les graines et les noix. Les régimes à base de plantes ne sont pas toujours 100 % sans viande, mais la plupart des personnes qui suivent un régime à base de plantes limitent ou réduisent leur consommation de viande. Dans un rapport spécial commandé par les Nations Unies (ONU), l’adoption de régimes à base de plantes a été mentionnée comme un moyen important de lutter contre le changement climatique et d’améliorer la santé des gens.

Le rapport indiquait : « Les régimes alimentaires équilibrés, comprenant des aliments à base de plantes, tels que ceux à base de céréales secondaires, de légumineuses, de fruits et légumes, de noix et de graines, et d’aliments d’origine animale produits dans des systèmes résilients, durables et à faibles émissions de GES (gaz à effet de serre), présentent des opportunités majeures d’adaptation et d’atténuation tout en générant des co-bénéfices significatifs en termes de santé humaine. »

=> Végétalisme

Le végétalisme intègre des aspects de la consommation d’aliments à base de plantes, mais va encore plus loin en éliminant tous les aliments qui utilisent des produits d’origine animale. L’élimination de la viande de l’alimentation pourrait grandement contribuer à réduire les émissions de GES. En fait, selon certaines estimations, un régime végétarien a environ la moitié de l’empreinte carbone par rapport à un mangeur de viande. Un rapport de la Changing Markets Foundation, en collaboration avec des chercheurs indépendants, a conclu que la réduction de la viande et des produits laitiers dans l’alimentation des gens, similaire à un régime végétalien, est une nécessité croissante pour lutter contre le changement climatique.

Le rapport indiquait : « La réduction de la demande de produits d’origine animale serait un moyen assez facile et peu coûteux d’atténuer une part importante des émissions mondiales de GES, en particulier les émissions de méthane à courte durée de vie mais puissantes. Cela libérerait également de vastes étendues de terres, qui devront être maximisées en tant que puits de carbone et pour la conservation de la nature. »

Lire aussi :
Biodégradable et compostable : quelles sont les différences ?

=> Régime à base de viande

Alors qu’une grande partie de la recherche suggère que l’élimination de la viande de votre alimentation est meilleure pour l’environnement et votre santé, la réalité est que la majorité du monde continue à consommer de la viande. En Europe, seulement 5 % environ des adultes se considèrent comme végétariens (c’est vraiment peu). Pire encore, la consommation de viande devrait continuer d’augmenter, certains prévoyant une augmentation de 160 % d’ici 2050 (énorme !). Certaines raisons pour lesquelles la production de viande est une telle pression sur l’environnement incluent :

  • La production de viande rouge produit 10 à 40 fois plus d’émissions de GES que légumes et céréales.
  • La production d’un seul hamburger utilise des combustibles fossiles équivalents à la conduite d’une voiture sur environ 12 km.
  • Environ 30% des terres libres de glace dans le monde sont actuellement utilisées pour élever du bétail.
  • Les principales entreprises de viande et de produits laitiers sont sur la bonne voie pour produire plus de pollution qu’Exxon, Shell et B.P.
  • L’agriculture, y compris l’élevage, est le premier contributeur mondial à la pollution de l’eau.

6 façons dont votre alimentation peut aider à lutter contre le changement climatique

Si vous cherchez des moyens de lutter contre le changement climatique avec votre alimentation, alors vous avez de la chance. Il y a des choses pratiques que vous pouvez commencer dès aujourd’hui pour réduire votre impact et faire des pas significatifs vers un avenir plus durable. Voici six idées pour démarrer :

1. Mangez moins de viande

D’innombrables études indiquent que les aliments d’origine animale ont un impact négatif sur l’environnement. De la déforestation pour le pâturage aux déchets animaux polluant l’eau et le sol, toute personne qui veut aider à lutter contre le changement climatique devrait commencer par réduire sa consommation de viande. Soyez réaliste lorsque vous apportez des changements à votre régime alimentaire et envisagez de commencer par des lundis sans viande ou simplement d’augmenter vos options d’aliments à base de plantes à table.

2. Commencez un potager

L’une des principales raisons pour lesquelles tout aliment que vous achetez au magasin a une empreinte carbone mesurable est due au fait qu’il a dû y être transporté à l’aide de camions brûlant des combustibles fossiles. Éliminez les intermédiaires et cultivez vos propres fruits et légumes à la maison. Vous n’avez pas la main verte ? Commencez petit avec quelques herbes dans votre cuisine.

3. Achetez et mangez local

Si vous n’avez pas le temps ou l’espace pour cultiver votre propre nourriture, alors votre prochain meilleur pari est d’acheter local. Lorsque vous achetez local, la nourriture que vous mangez aura une empreinte carbone plus petite et vous pourrez avoir une meilleure idée de la provenance exacte de votre nourriture.

4. Soutenez les fermes biologiques durables

Lorsque vous achetez localement, recherchez des fermes biologiques qui cultivent leurs produits de manière durable. Les fermes certifiées biologiques n’utilisent pas de pesticides qui pourraient polluer l’environnement, le sol et les cours d’eau, et sont généralement plus conscientes de leur impact environnemental que les grandes exploitations agricoles industrielles.

5. Réduisez votre gaspillage alimentaire

Les européens jettent environ 150 000 tonnes de nourriture chaque jour. Lorsque les déchets alimentaires se trouvent dans une décharge, ils contribuent à la production de gaz méthane, qui emprisonne encore plus de chaleur que le CO2 dans l’atmosphère. Réduisez vos déchets alimentaires en achetant plus intelligemment et, si possible, compostez vos déchets alimentaires pour un potager.

6. Limitez les aliments emballés

La nourriture elle-même n’est pas le seul problème. Les emballages alimentaires peuvent nuire énormément à l’environnement (voir ces faits sur la pollution plastique). Acheter des aliments avec moins ou pas d’emballage peut aider à économiser d’innombrables morceaux de papier et de plastique chaque année.